Un soir avec un rescapé!

Samedi , soirée entre amis. Amateurs de vin ? Pas forcément.  Qu'à cela ne tienne! Ce sera un vin qui raconte une histoire, celle de son cépage, le Chatus. C'est que ce cépage, un des cépages français les plus anciens dit-on, a bien failli disparaître... et pas qu’une fois! Pourtant du Chatus « Les papets disaient qu'il fallait (en) mettre dans les cuves pour faire du bon vin.» (dixit Hervé Thoulouze de la cave coopérative de Rosières).

L'agronome Olivier de Serres, lui donne officiellement vie en le citant officiellement dans son Théâtre d’agriculture et mesnage des champs en 1599, comme une des 38 variétés du Royaume.
Mais alors que le cépage est largement planté dans les Cévennes, les Alpes et la Savoie, arrive le phylloxéra (voir ici). La majeure partie des vignobles disparaissent et avec eux de nombreux cépages. On replante bien sûr, mais aux cépages comme le Chatus, considérés (encore aujourd’hui) difficiles, on préfère des cépages plus faciles à travailler, plus productifs. Fort heureusement pour notre Chatus, quelques vignerons insoumis décident de le replanter dès 1883.

Cependant, voici que notre cépage tout juste remis de ses émotions est oublié lors de la rédaction du nouveau répertoire des cépages français en 1950 qui liste et autorise la plantation des cépages en France!

Qu’à cela ne tienne, les vignerons ardéchois, fiers et amoureux de leur cépage décident, à l’initiative de la cave de Cévenoles (Rosières), de le sauver de l'oubli ! Il faudra attendre près de 40 ans, mais c’est chose faite aujourd’hui. Le Chatus est enfin sur le catalogue officiel des cépages français. Nos vignerons ont même créés en 2000 le Syndicat des producteurs de Chatus en Cévennes ardéchoises et mis en place une charte de qualité ainsi qu'un cahier des charges pour ce vin rouge de garde.

Alors vous pouvez nous croire quand on vous dit que ce cépage a du caractère! ... C’est un rescapé!

Et attention, on vous livre un petit secret :  le «s » de Chatus ne se prononce pas !

 

Le vin dégusté ce samedi soir : Terre de Châtaigner, Vignerons ardéchois.
Gravure : Ampélographie. Traité général de viticulture. Viala et Vermorel