Capitelle des Salles: Vins, pierres, olives... le patrimoine du Larzac en marche

Frédéric et Estelle Salles fervents défenseurs de la natures et du patrimoine vitivinicole du Larzac, perpétuent une tradition familiale vieille de plus de 100 ans et cultivent sur leur domaine, Capitelle des Salles vignes et oliviers.

Frédéric, Docteur en pharmacie, pharmacien et vigneron à temps partiel, a les arbres pour passion. Depuis 2005, il a planté plus de 300 oliviers issus de 35 variétés différentes.

Estelle, œnologue, est aujourd'hui chargée du suivi des vinifications et mises en bouteille et responsable de la gestion administrative et commerciale du domaine.

Ensemble, il s’attachent à préserver deux patrimoines rares et en péril.

Ils ont réalisé un travail formidable de réhabilitation des capitelles,  petites constructions en pierre sèche,  véritables "âmes des vignes", dont le nom vient du "Cap" qui signifie la tête en occitan, et construites à partir des pierres extraites des champs avant plantation. Et, comme la vigne et les cépages autochtones font partie intégrante du patrimoine viticole du Larzac, ils ont créé en 2008 la cuvée Caminaïre (Celui qui chemine en occitan), en l'honneur du cépage Cinsault et de son "cousin" l'oeillade, ce cépage qui ne couvre que 25ha en France et 125 à Chypre où il a été implanté dans les années 2000 .

 

A découvrir au Salon Rare : Œillade

  • Caminaïre - IGP Pays d’OC - rouge -  Cinsault, Oeillade

Seront également disponibles

  • Caractère - AOP LAnguedoc - rouge Grenache noir (80%), Cinsault
  • Hommage - AOP Languedoc Terrasse du Larzac - rouge - Grenache (syrah, carignan)
  • Joi - AOP Languedoc Terrasse du Larzac - rouge- Syrah (Grenache)

Le Terret sort de l’oeuf

Nicole et Roland Tarroux cultivent cépages languedociens et olives au Mas Saint-Laurent, à Mèze dans l’Hérault.

Roland est très attaché au cépage Terret qu’il envisage de planter encore dans l’avenir. Son grand-père et son père ont toujours cultivé ce cépage, qu’il faut savoir conduire avec peu de rendement.

Injustement traité, pratiquement disparu du Languedoc, c’est pourtant un cépage particulièrement adapté au climat du bassin de Thau, et qui donne un joli blanc frais avec une âme de vin de soif.

Dire que ce cépage d’avenir pousse sur les fragments d’œufs de dinosaures fossilisés de ce terroir exceptionnel !

 

A découvrir au Salon Rare : Terret, Piquepoul

Les vielles vignes, IGP Hérault, Terret, blanc

Mas Saint Laurent, AOP Picpoul du Piner, Piquepoul, blanc

Le Gamaret du Domaine de Mucelle, travailleur frontalier du vin

Challex, un lieu où la vigne est rare, le dernier village viticole du Pays de Gex, à mi-chemin entre le Jura et Genève (12km), à l’Est du département de l’Ain.

Le domaine de Mucelle, 6ha un peu à l’écart du joli village viticole, domine le Rhône et le canton de Genève, face aux Alpes.

Arrivé dans le pays de Gex dans les années 80, Frédéric Péricard, qui a repris le domaine en 2000, estun vigneron de conviction qui donne du caractère à ses produits. Le respect de la nature fait partie intégrante de sa philosophie. Son objectif : « produire des vins qui ont quelque chose à dire, des vins authentiques, non standardisés ».

C’est dans cette même logique, de vins non standardisés, que Frédéric s’intéresse aux cépages rares, originaux, nouveaux et qu’il a décidé de planter du gamaret, ce cépage d’origine suisse issu d’un croisement entre le gamay et ce cépage au nom très local, hommage au Château Reichenstein, le reichensteiner (personne ne vous en voudra si vous ne vous en souvenez pas, mais ça fait chic dans les soirées mondaines).

 

A découvrir au Salon Rare : gamaret

Cuvée Galexis, IGP Vin des Coteaux de l'Ain Pays de Gex, Gamaret, Pinot noir, Gamay, Rouge
Cuvée Galexis, IGP Vin des Coteaux de l'Ain Pays de Gex, Chasselas, Blanc
Cuvée Galexis, IGP Vin des Coteaux de l'Ain Pays de Gex, Gamaret, Rouge


Les Pétavins, bande de sauveurs de cépages!

Terme désignant une ronce de la vigne, partie intégrante de son écosystème, Pétavin est le nom choisi, pas complètement par hasard, on le devine, par un groupe de vignerons savoyards engagés dans l’agriculture biologique et la préservation des cépages autochtones, propres à la Savoie.

Parmi eux

Le sage Michel Grisard, du Domaine Prieuré Saint Christophe à Fréterive, Président du Centre d’Ampélographie Alpine, ardent défenseur des cépages rares et oubliés qui a su sortir la mondeuse de son image quelque peu caricaturale de « vin à fondue ».

Les intrépides frères Giachino, du domaine du même nom situé à Chapareillan. Frédéric et David ont su donner à la Jacquère, cépage souvent considéré comme rustre, ses lettres de noblesse. Respectueux de leur environnement, la mise en valeur de ce cépage et des autres cépages autochtones de Savoie comme la verdesse, la mondeuse blanche ou la douce noire est pour eux une évidence.

Le « vigneron paysan », comme il se qualifie lui-même, Adrien Berlioz, du Domaine du Cellier des Cray a créé son domaine en 2006 à partir de parcelles héritées de sa grand-mère. Aujourd’hui 13 parcelles, 13 cuvées, en bio bien sûr, avec des cépages autochtones, dont ce cépage au nom exotique, le persan.

Le perfectionniste et discret Louis Magnin, qui par son travail soigné et constant sur son domaine de 8 ha situé à Arbinn dans la Vallée de la Combe de Savoir, sait donner à la mondeuse, l’altesse ou le bergeron tout leur expressivité.

Les déterminés André et Guy Quenard du Domaine La Gerbelle. Sur leur exploitation de 17 ha qui a pour origine une ancienne ferme des Chartreux rachetée par leurs aïeuls au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, ils sont dès les années 90 sortis des sentiers battus de l’agriculture dite conventionnelle (avec produits chimiques) et ont défendu les cépages savoyards tels que la Jacquère.

Les passionnés Etienne et Raphaël Saint Germaindu Domaine Saint Germain. Sur leurs 11 ha situés entre Chambéry et Albertville dans le Parc Naturel régional des Bauges, ils ont à cœur de promouvoir la culture viticole savoyarde à travers ses cépages, tels que le persan et la malvoisie...

 

A découvrir au Salon Rare : Verdesse, Mondeuse, Jacquère, Persan, Douce Noire

Domaine GIACHINO
SAVOIE Cuvée MONFARINA assemblage verdesse, mondeuse blanche, jacquère.  BLANC
SAVOIE Cuvée PRIMITIF, Jacquère   BLANC
SAVOIE Cuvée MA DOUCE assemblage persan, mondeuse, Douce noire. ROUGE
 
Domaine Prieuré Saint Christophe, Michel Grisard, les caves dessous
SAVOIE, MondeuseROUGE
 
Domaine du Cellier des Cray, Adrien Berlioz
SAVOIE, Persan ROUGE
 
Domaine Louis MAGNIN
SAVOIECHIGNIN BERGERON, Bergeron, BLANC
SAVOIE ARBIN, Mondeuse ROUGE
ROUSSETTE DE SAVOIE , Altesse BLANC
 
Domaine La Gerbelle, André et Guy QUENARD
SAVOIE Cuvée Sansoufrir, Jacquère BLANC
 
Domaine Saint Germain
SAVOIE, Persan ROUGE
SAVOIE, Malvoisie BLANC


Philippe Cuq, caviste, sélectionneur de passions

Depuis fin 2013, le caviste Philippe Cuq anime "le Lieu du Vin", avenue Gambetta à Paris. Il ne se contente pas d’y vendre les vins (près de 700 références) qu’il sélectionne avec exigence, conseille avec précision et raconte avec fougue. Il reçoit aussi pour le grand plaisir de ses clients des vignerons qui, comme lui, ne savent pas vivre sans passion.

C’est le cas de ceux qu’il a sélectionnés pour le Salon Rare.
Jean-Luc Matha au Domaine du Vieux Porche élabore une fascinante cuvée de Mansois dans le vignoble de Marcillac, près du village de Bruéjouls.
Philippe Maffre et Sylvie Ledran élaborent une cuvée rare de Prunelard sur le terroir de Gaillac.
Christine et Pierre Goigoux, près de Clermont-Ferrand, sur le vignoble de Châteaugay dans les Côtes d’Auvergne seront présent par leur Damas noir, une cuvée unique de Syrah auvergnate.
Excellent vigneron aussi que Marc Penavayre, magicien de la Négrette, ce beau cépage équilibre et complexe de Fronton.
Christine et Régis Pichon magnifient les cépages locaux, dont le Terret et le Cinsault sur leur domaine de Ribiera près de Pézenas.
Et on termine par un petit saut en Italie, avec l’Aromatta du vigneron-poète Silvo Clementi à la Villa Persani dans le Trentin (à l’ouest de Venise).

Cette sélection donne une idée du travail de Philippe : sans esbroufe, au-dessus des frontières et des modes, fondé sur l’authenticité et la sincérité.

 

A découvrir au Salon Rare : mansois, prunelard, damas noir, négrette, terret, aromatta

 

Christophe Angénieux et ses vins : Un cépage rare peut en cacher un autre

Le projet de Christophe Angénieux est à long terme et, sans aucun doute, audacieux. C’est la réalisation d’un rêve.

En 2011, il crée son domaine à Saint Maurice sur Dagoire, sur des parcelles autrefois couvertes de vignes aujourd’hui presque entièrement disparues, entre Saint-Etienne et Lyon, à cheval sur la Loire et le Rhône. Avec l’Association pour la Restauration et le Développement des Vignes sur les Coteaux du Gier, et deux autres vignerons, il se bat pour relancer ce vignoble et ses cépages autochtones.

Alors que ceux-ci n'étaient plus autorisés à la plantation, Christophe et ses compagnons d’aventure ont pu, grâce à l'association, mettre en place des parcelles expérimentales de Chouchillon blanc et Mornen noir... après plusieurs mois de recherche de plants dans les plus vieilles parcelles du secteur !

Leur objectif est clair : faire réinscrire ces cépages sur le catalogues des cépages autorisés… et c’est aujourd’hui chose à moitié faite !
Le Mornen noir est réinscrit et le Chouchillon, est près de l’être. Les cuvées sont pour le moment encore expérimentales... Mais les cuvées commercialisables ne sont pas loin... elles sont espérées pour 2018-2019 !

Puis parfois, au-delà de la volonté, vient le hasard... Christophe Angénieux a déniché, sur son domaine de 1,7 ha, une petite parcelle de vieilles vignes de Chambourcin, un cépage hybride (entre 2 espèces) originaire du Rhône. Curieux, il a décidé de le remettre en production et de voir quel vin cela pouvait donner !

 

A découvrir au Salon Rare : Chouchillon, Morner noir et Chambourcin

  • Cuvée expérimentale blanc- Chouchillon
  • Cuvée expérimentale rouge - Morner noir
  • Chambourcin

Seront également disponibles

  • Incipit rouge - Gamay
  • Incipit Blanc - Chardonnay

Chez les Gascons de Plaimont, vin et cépages rares tiennent leurs promesses d’avenir

La Cave de Plaimont, considérée comme un fleuron de la coopération, unit des vignerons passionnés et engagés dans la valorisation d’un territoire exceptionnel et d’un savoir-faire unique.

Dans les années 70, la cave coopérative de Plaimont, dans le Gers, a commencé à prospecter et répertorier les souches, les pieds de vigne bizarres, curieux, inconnus. Une volonté de maintenir la biodiversité qui sera bienvenue au moment où le passage en AOVDQS (Appellation d'Origine Vins Délimités de Qualité Supérieure) en 1981 entraînera l’arrachage de nombreux cépages anciens…

Les vignerons de Saint-Mont ont ainsi maintenu de vieilles parcelles, et pu créer en 2002 un conservatoire de cépages oubliés.

Grâce à cette démarche, une vigne plantée avant le phylloxéra a été découverte à Sarragachies : certains pieds remontent à 1830. 600 pieds de vignes plantés à la mode de l’époque représentent vingt cépages mélangés dont sept parfaitement inconnus. Un véritable patrimoine ampélographique ! Les vignerons ont obtenu son inscription aux Monuments Historiques (IMH).

Utilité scientifique, reconquête de goûts perdus… Cette passion pour le passé ampélographique (science des cépages) est une vraie passion pour l’avenir. Quoi de plus moderne que le vieux Manseng noir dans sa cuvée Mooseng ?

 

A découvrir au Salon Rare : Arrufiac, Pinenc, Manseng (noir, mais aussi gros, petit)

  • Mooseng, IGP Côtes de Gascogne, rouge, Merlot, Manseng Noir
  • Saint Albert, AOP Pacherinc du Vic-Bilh, blanc doux, Petit Manseng, gros Manseng, Petit Courbu
  • Les vignes retrouvées, AOP Saint Mont, blanc sec, Gros Manseng, Petit Courbu, Arrufiac
  • L’empreinte de Saint Mont, AOP Saint Mont, rouge, Tannat, Pinenc, Cabernet Sauvigon
  • Château Arricau-Bordes, AOC Madiran, Tannat, Pinenc, Cabernet Sauvignon

Henri Duporge: Chili con Carmé à Bordeaux!

Henri Duporge est un vigneron rare ...  qui, en Gironde, fait un peu figure d’extraterrestre.

Après un parcours tout sauf linéaire, BTS viti-oeno en poche, des études de droit éco, des premières expériences professionnelles dans l’aménagement du territoire puis la gestion, un tour dans des wineries de Seatle, Henri Duporge revient finalement sur les terres de ses ancêtres.

En 2000, il prend la suite de son père à la tête de l’exploitation familiale, 18 ha situés dans le nord Libournais qui lui viennent de son arrière grand tante (Mimi Ronqueille, ça ne s’invente pas!)

Sa philosophie : laisser faire la nature, réaliser des vins «vrais», honnêtes, sans poudre aux yeux. Il conserve la biodiversité dans ses vignes, menées en agriculture biologique. Loin des canons américains et bordelais traditionnels, on dit de ses vins qu’ils sont comme lui, d’une grande franchise !

C’est dans cette esprit qu’Henri Duporge a décidé en 2003 de planter 1,5 ha de vignes de Carménère (issues d’une sélection massale pour les spécialistes). Ce cépage aujourd’hui très implanté au Chili, sa terre d’adoption, est en fait originaire de la région bordelaise où il a aujourd’hui quasiment disparu des suites du phylloxéra.

 

A découvrir au Salon Rare : Carménère (et Malbec à Bordeaux!)

  • Pure Caménère - AOP Bordeaux Supérieur - rouge - Carménère
  • Pure Malbec - AOP Bordeaux Supérieur - rouge - Malbec

Seront également disponibles

  • Pure N - AOP Bordeaux Supérieur - rouge
  • Pure Cabernet Sauvignon - AOP Bordeaux Supérieur - rouge - Cabernet Sauvignon
  • Pure Merlot- AOP Bordeaux Supérieur - rouge - Merlot