piquepoul

Des cépages rares pour Noël !

Noël approche à grands pas et vous souhaitez trouver LE cadeau original, beau, surprenant, envoûtant, dans l’air du temps... bref vous cherchez la perle... rare ! Vous êtes au bon endroit !

L’engouement pour les vins de cépages rares touche à nos modes de vie, à notre souci de biodiversité, à notre envie de goûts différents, à notre besoin de comprendre aussi la géo-histoire de la vigne.

Alors, LA bonne idée cadeau cette année, c’est bien d’allier cépages rares de « Vitis vinifera » au traditionnel épicéa « Picea abies » de Noël ! Voici notre sélection ! Attention, il y en a pour tous les goûts... tant qu’ils sont rares !

Vous pensez à un livre?

Pour les anglophones, le magnifique « Wine Grapes », de Jancis Robinson, José Vouillamoz et Julia Harding constitue une véritable bible avec 1242 pages pleines d’histoires et de bonnes adresses. C’est bon dans la forme comme dans le fond. Pour en savoir plus, c’est ici.

En français, nous avons eu la chance cette année de voir publiée par l’ampélographe Pierre Galet une réédition largement refondue de son « Dictionnaire encyclopédique des cépages et leurs synonymes ». Un livre superbe, un ouvrage pour passionnés... passionnant! Plus d’info ici.

Plus concis sans doute mais tout aussi intéressant, on peut aussi trouver en librairie un classique tel le « Dictionnaire des noms de cépages de France » (CNRS Editions), sorti aussi en poche.

Pour ceux qui sont plus dans l’expérientiel... regardez du côté des jolies et originales bouteilles : une cuvée Mailhol des Henry à Saint-Georges d’Orques ; du Fié gris des Frissant ; De ci de là  (Grenaches blancs et gris, Carignans blancs et Macabeu) des Modat ; un Terret du Mas Saint-Laurent ; Le Caminaïre (Œillade et cinsault) du Château Capitelle des Salles ; La part des anges du Clos Centeilles, (picquepoul noir, carignan, Ryveirenc) ; Un pur Carménère de Henri Duporge (Château Touzet), un Chardonnay franc-de-pied de Louis et Catherine Poitout ; une Mondeuse de Louis Magnin ; un gamaret de Frédéric Péricard, un Mollard du Domaine Allemand… et bien d’autres cuvées étonnantes comme ce Moonseng à base de mansenc noir de la Coopérative Plaimont dans le Gers ou La cuvée bouchales merlot du Château de la Vieille Chapelle, Le Presbitaire, (Lledoner pelut et cinsault) du Mas d’Alezon, la cuvée de chambourcin de Christophe Angénieux ou La Lignères de Thierry Navarre (ribeyrenc blanc, grenache gris et clairette)... pour n'en citer que quelque uns!

Pour ceux qui ne croient que ce qu’ils voient ou qui ne jurent que par les belles rencontres, LA bonne idée de cadeau, c’est une visite.

Prenez rendez-vous avec un groupe d’amis pour découvrir le Conservatoire de Vassal… Rendez vous à l’assemblée générale du Centre d’Ampélographie Alpine Pierre Galet à Montmélian (le 8 février)… Venez aux Rencontres des Cépages Modestes de novembre 2016 …

Et bien sûr et surtout, ne manquez pas le Salon Rare de Paris les 19 et 20 mars, une belle occasion de rencontrer les vignerons, de découvrir ou redécouvrir leurs belles cuvées rares et originales, tout en participant à une action caritative (l'ensemble des bénéfices sera reversé à l'Alliance Maladie Rares). Billets préventes disponible très bientôt. A lire

Et pour un moment hors du temps, offrez une Masterclass avec Pierre Guigui ou Bruno Quenioux.

Par André Deyrieux, winetourisminfrance.com


Le Clos Centeilles, la force et l'élégance des vins de cépages rares

Le Clos Centeilles est situé dans le Languedoc, au cœur de l’appellation Minervois La Livinière, sur un territoire riche d’histoire et de patrimoine. Patricia Boyer Domergue a acquis le domaine en 1990. Depuis, passionnée et engagée, elle s’attache à faire revivre ces cépages presque disparus, des cépages que nous avions oubliés, comme le piquepoul noir, l’œillade noir, l’araignan blanc, ou encore le rivairenc noir, blanc et gris....

Un travail admirable qui a fait dire à la RVF (Revue des Vins de France) : « Il faut saluer l’originalité et la force de cette démarche, vigneronne et mémorielle, qui offre un point de repère capital, non seulement pour le Minervois, mais pour le Languedoc tout entier», mais aussi, en parlant des vins de Patricia que «l’ensemble de la gamme possède une rare élégance et une grande finesse de texture.».

 

A découvrir au Salon Rare : Picpoul Noir, Rybeyrenc (rivairenc), Araignan, Oeillade
C, AOC Minervois, Picpoul noir, Ribeyrenc noir, Oeillade
C, IGP Côtes du Brian, Ribeyrenc blanc, Ribeyrenc gris, Araignan blanc
Part des Anges, IGP Côtes du Brian, Carignan, Ribeyrenc, Picpoul noir

Et aussi
Carignanissime, AOC Minervois, Carignan
Campagne, AOC Minervois, Cinsault, 5% Syrah
Capitelle, AOC Minervois, Cinsault

                                           Patricia Boyer Domergue (photo : Le Clos des Centeilles)

                                           Patricia Boyer Domergue (photo : Le Clos des Centeilles)

Retour du pays du Piquepoul

Ahhh Bouzigues, son petit port, ses huitres, ses moules fraiches, et le Picpoul du Pinet … c’est un peu le paradis sur terre ! Un instant hors du temps !

C’est que ce vin si droit et si frais, issu de cette petite appellation autour de l’étang de Thau (AOC Picpoul du Pinet) titille les papilles !

Et pour cause, il est fait exclusivement à partir de piquepoul, ce cépage dont il est dit que son nom viendrait de ce petit picotement qu'il donne au palais et aux lèvres du fait de sa haute acidité, qui confère au vin une fraicheur mordante et beaucoup de tenue... un cépage que déjà en 1608, Olivier de Serres citait sous le nom de "Pique Poule blanc" parmi les cépages nobles de qualité ...

Le piquepoul existe en noir, gris ou blanc et serait originaire du Languedoc. On le trouve aujourd’hui dans cette région, mais aussi dans le Rhône et en Provence, où il peut faire partie des assemblages dans des AOC comme Châteauneuf du Pape, Tavel, Palette, Languedoc… Pour autant, il couvre à peine plus de 1 000 ha en blanc et 100 ha en noir (en comptant les quelques ha plantés au Portugal et en Espagne) ... En comparaison, le Cabernet Sauvignon couvrait 290 091 ha dans le monde en 2010!

Autre petite histoire : on dit aussi que le nom « picquepoul » viendrait du fait que ses rameaux étant étalés sur le sol, les grappes, à portée de bec, faisaient le bonheur de la volaille.