Les vins du Domaine Allemand: Petit mont deviendra grand

Le Domaine Allemand, c’est bien sûr une histoire de famille où l’on se transmet la passion de la vigne et du vin de génération en génération, mais plus que cela c’est la passion de leur région, les Hautes Alpes, et d’un cépage au nom étrange, spécifique de cette région et qui ne saurait tarder à être enfin connu de tous, le Mollard («petit mont»; «petite montagne»).

On peut le dire, la famille Allemand est une famille de pionniers. Marc et Mireille Allemand, rejoints par leur fille Lætitia, exploitent onze hectares de vignes le long des berges de la Durance, sur la zone viticole française la plus élevée de France, des coteaux dont l’altitude varie de 650 à 750 m, en contrebas du village de Théus.

Le père de Marc fut le premier à vinifier et embouteiller son vin quand tous les autres allaient encore à la coopérative. Marc et Mireille, lorsqu’ils reprennent le domaine, se battent pour obtenir l’IGP Hautes Alpes (il s’agissait à l’époque du vin de pays), puis pour faire inscrire le Mollard dans le catalogue des cépages autorisés (avec l’aide de l'Institut Français de la Vigne).

Aujourd’hui, Lætitia se bat pour vous le faire connaître !  Journaliste convaincue (Paris Première d’abord puis France 5, France Télévisions, Paris Première et I Télé notamment), elle se prépare, sans pour autant s’éloigner de ce métier, à reprendre le flambeau familial. Amoureuse de sa région, militante de la biodiversité et de la protection de l’environnement, elle va, par monts et par vaux, partager sa passion des vins et de ce cépage atypique! Elle a choisi d’être présente au Salon Rare (nous, on est bien content) et vous fera découvrir ses cuvées qu’il ne faut manquer pour rien au monde !

A découvrir au Salon Rare : le Mollard

Théüsien « Vieilles Vignes » - IGP Hautes Alpes - Mollard - rouge
M&M – Secret partagé - IGP Hautes Alpes - Mollard, Merlot - rouge
Goût des vacances - IGP Hautes Alpes - Mollard, Cabernet franc - rosé 

FAMILLE-ALLEMAND2-compressor.jpg

Thierry Navarre, une histoire de vin et de partage

Il faut voir cette belle humeur, et cet enthousiasme dont il ne manque jamais de faire preuve. C'est que ce vigneron est un passionné... de vin, de viticulture, de partage et de bonne chère !

Thierry Navarre représente la 3e génération de vignerons de ce domaine de 12 ha, situé sur l’AOC Saint-Chinian : les vignes sont plantées sur des grandes terrasses de schistes bruns au milieu de ce cadre paradisiaque qu’est Roquebrun ...

Suivant les traces laissées par son père Louis, Thierry fait partie de ces vignerons qui se battent pour la diversité et la sauvegarde des cépages locaux. Il contribue ainsi à la renaissance de l’œillade, du terret, du grenache gris, ou de ce qui est peut être son chouchou (c'est un soupçon, on vous laisse lui poser la question) ... le ribeyrenc, l’un des plus vieux cépages du Languedoc.


Thierry est un homme qui respecte la terre et la vigne et qui sait extraire le meilleur de leur alliance pour réaliser ses vins. Et ces vins, de la « noblesse des vins de bistrot » de sa cuvée Laouzil au «raffinement aromatique» de son Ribeyrenc, ils lui ressemblent. «Enthousiasmants, authentiques, uniques»... pour paraphraser la RVF.

 

A découvrir au Salon Rare : Rybeyrenc, Oeillade, Grenache gris
Rybeyrenc, Vin de France, Ribeyrenc
Oeillade, Vin de France, Oeillade
Lignères, Vin de France, Ribeyrenc blanc, Clairette, Grenache gris

Et aussi
Laouzil, AOP Saint Chinian, Carignan, Cinsult, Syrah, Grenache
Cuvée Olivier, AOP Saint Chinian, Carignan, Grenache, Syrah
La Cinque, Vin de France, Cabernet,  Merlot, Syrah

introportrait.jpg

Saint-Georges, Henry et Thomas Jefferson

Dans la famille de François Henry, on est vigneron de père en fils, et ce depuis 10 générations.  Pour autant, François a sa manière bien à lui de suivre le chemin familial et c'est autant par tradition que par passion du vin et de l'histoire qu'il choisit avec son épouse, Laurence, de s'installer au nord-ouest de Montpellier, à St Georges d'Orques.

Ils acquièrent ainsi en 1993 leur propre domaine sur ce terroir historique, connu dès le XIème siècle et dont le vin est, au XVIIIème, reconnu bien au-delà des frontières françaises, jusqu'à la cour de Russie. Le vin de Saint Georges d'Orques n'a alors rien à envier à la renommée des vins de Bourgogne.

Il bénéficiera même des faveurs de Thomas Jefferson, alors ambassadeur en France, qui le découvre en 1783. Par la suite, devenu Président des Etats-Unis, il le détaxera pour en faciliter l'importation !

François et Laurence ne se sont pas arrêtés en si bon chemin ! Ils ont décidé de reconstituer l'encépagement de ce terroir et de replanter les variétés de raisins qui avaient fait la réputation de ce vin répondant au nom languedocien chantant de mailhol (vigne jeune). Du recensement des cépages (morastel à jus blanc, oeillade, terret, aspiran, ribeyrenc) à recherche de souches sauvegardées, puis à la compréhension et l'appréhension de modes de culture et de vinification oubliés, c'est un véritable travail de titan que Laurence et François ont réalisé !

Ils exploitent ainsi aujourd'hui 14 ha et réalisent des vins à leur image, généreux et plein d'élégance avec ce bel objectif : être à la hauteur de leur terroir d'exception !

 

A découvrir au Salon Rare : Aspiran, Terret, Rybeyrenc, Oeillade
Mailhol, Vin de France, Oeillade noir et blanc, Ribeyrenc noir, Aspiran gris, terret noir et gris...
Blanc, IGP Collines de La Moure, Terret blanc, Chardonnay

Et aussi
Passerille, Vin de France, Grenache (majoritaire)
Vin Vermeil, AOP Coteaux du Languedoc St Georges d’Orques, Grenache, Carignan, Cinsault, Mourvèdre (rosé)
Villafranchien, AOP Coteaux du Languedoc St Georges d’Orques, Grenache (planté en 1920, sélection massale)

 

                                                     Source : Oeno Plaisir (club  de dégustation à Montpellier)

                                                     Source : Oeno Plaisir (club  de dégustation à Montpellier)


Le Vin des Frissant? On peut s'y fier

Xavier Frissant est l’une des figures emblématiques de la Touraine.

Il cultive son domaine de 22 ha avec son épouse Isabelle, et préside en même temps le syndicat du cru Touraine Amboise.

Après des études d’œnologie à Carcassonne complétées par des stages dans le Languedoc, à Bordeaux et dans la Loire, c’est en 1990 qu’il s’installe avec tout juste 5 ha, sur un domaine de 5 ha. Il est à Mosnes, sur les bords de la Loire, entre Chaumont-sur-Loire et Amboise.

Vigneron audacieux, il souhaite sortir des sentiers battus et retrouver le goût des bonnes choses.

Dès 1994, il se prend d’affection pour un cépage qui a failli disparaitre dans les années 50 (on n’en recensait alors que 10 ha) et qui reste, aujourd’hui encore, confidentiel, avec à peine 660 ha plantés en France. C’est le fié gris, connu aussi sous le joli nom de sauvignon rose.

Xavier et Isabelle s’attachent à une viticulture durable qui préserve les écosystèmes ; ils « défendent l’exigence de vins capables de résister aux années, pour dépasser ce cap des crus qu’on déguste dans les premières années » (Le Vin ligérien, mars avril 2013).

Ils élaborent ainsi des vins précis et justes. De la cuvée de fié gris issue de la parcelle Clos du Verger, Périco Légasse dit même : « nous pouvons affirmer sans hésitation n’en avoir jamais goûté de meilleur » !

 

A découvrir au Salon Rare : le Fié gris
Les Roses du Clos, AOC Touraine, Fié gris (blanc)
La Griffe d’Isa, AOC Touraine, Fié gris (blanc)

Et aussi :
Mussales des Pierres, Sauvignon blanc
La griffe d’Isa, Côt (malbec)
L’orée des frênes, AOC Touraine Amboise, Côt (malbec)
Côt des pierres, AOC Touraine Amboise, Côt (malbec)

Source : http://www.amboise-valdeloire.com

Source : http://www.amboise-valdeloire.com

Les vins de cépages rares à la mode Modat

Le domaine Modat, c’est Henri, le père et Philippe, le fils ... ou l’histoire d’un retour aux sources. Perpignanais d’origine, expatriés à Paris pour leurs carrières,  ils n’ont pas résisté à l’appel de la vigne… A sa retraite, le père reprend les vignes familiales à côté de Perpignan, puis Henri rachète des vignes situées aux pieds des Corbières, entre Quéribus et le Pic du Canigou. Le domaine Modat est né.

Travaillant dans le respect des sols et de la vigne (certification bio depuis 2014), Henri et Philippe, accompagné de Laurent Abet, salarié du domaine depuis 2008, prennent soin de leurs cépages locaux, ces délicats et rares grenache gris, macabeu et carignan blanc, qui, petits bonheurs parfois perdus au milieu des cépages noirs, donnent par exemple cette magnifique cuvée "De-ci de-là".

Le domaine qui ne compte plus aujourd’hui les médailles et bonnes notes en France (Hachette, Gault et Millau, RVF, concours des vignerons indépendants…) mais aussi à l’étranger (Decanter, Wine advocate), produit ainsi, selon la très sérieuse revue Anthocyane  « des grands vins du Roussillon blanc, rosé et rouge. Les vins ne ressemblent à aucun autre. Ils allient puissance des goûts et des arômes avec une texture soyeuse et des tanins très fins. »

Mais c’est sans doute le journaliste Michel Smith, passionné de carignan, qui vous racontera ce domaine, mieux que personne.

 

A découvrir au Salon Rare :Grenache gris et blanc, Macabeu
De-ci De-là, AOC Côtes du Roussillon, Grenache gris et blanc, Macabeu
Comme avant, AOC Côtes du Roussillon Village, Carignan (majoritaire)

                                                        Philippe et Henri Modat

                                                        Philippe et Henri Modat

L&C Poitout, histoires d'amour, de vin et de rareté

L&C Poitout, c’est une double histoire d’amour. Celle de Louis et Catherine et celle de 2 vignerons et du Chablisien.

Louis et Catherine se connaissent depuis l’enfance, mais il leur faut attendre 1994 pour enfin se trouver… Depuis tout les ramène toujours à Chablis, leur terre d’origine.

En 2011, ils reprennent officiellement l’exploitation du père de Louis Poitout. Aujourd’hui, ils exploitent 18ha de vignes,sur lesquels se trouve... cette petite parcelle miraculeuse de 55 ares située en AOC Petit Chablis. 55 ares dont les caractéristiques toutes particulières, avec ce sol argileux si gras, ont permis au chardonnay qui est y planté depuis le début du siècle dernier de résister au phylloxéra... Ce chardonnay franc de pied miraculé... rare (Ces rares vignes “Franc de pied”) et même unique à Chablis a été vinifié pour la première fois pour réaliser la cuvée "L'inextinct" sur le millésime 2013, ce vin rare “doté d’un sacré caractère mais très fin, étonnant pour un petit chablis” (Coup de cœur 20minutes avec Gault & Millau), de quoi émoustiller les papilles des amateurs les plus difficiles!


A découvrir au Salon Rare : Chardonnay franc de pied
L’Inextinct, AOC Petit Chablis, Chardonnay franc de pied

 

Le Clos Centeilles, la force et l'élégance des vins de cépages rares

Le Clos Centeilles est situé dans le Languedoc, au cœur de l’appellation Minervois La Livinière, sur un territoire riche d’histoire et de patrimoine. Patricia Boyer Domergue a acquis le domaine en 1990. Depuis, passionnée et engagée, elle s’attache à faire revivre ces cépages presque disparus, des cépages que nous avions oubliés, comme le piquepoul noir, l’œillade noir, l’araignan blanc, ou encore le rivairenc noir, blanc et gris....

Un travail admirable qui a fait dire à la RVF (Revue des Vins de France) : « Il faut saluer l’originalité et la force de cette démarche, vigneronne et mémorielle, qui offre un point de repère capital, non seulement pour le Minervois, mais pour le Languedoc tout entier», mais aussi, en parlant des vins de Patricia que «l’ensemble de la gamme possède une rare élégance et une grande finesse de texture.».

 

A découvrir au Salon Rare : Picpoul Noir, Rybeyrenc (rivairenc), Araignan, Oeillade
C, AOC Minervois, Picpoul noir, Ribeyrenc noir, Oeillade
C, IGP Côtes du Brian, Ribeyrenc blanc, Ribeyrenc gris, Araignan blanc
Part des Anges, IGP Côtes du Brian, Carignan, Ribeyrenc, Picpoul noir

Et aussi
Carignanissime, AOC Minervois, Carignan
Campagne, AOC Minervois, Cinsault, 5% Syrah
Capitelle, AOC Minervois, Cinsault

                                           Patricia Boyer Domergue (photo : Le Clos des Centeilles)

                                           Patricia Boyer Domergue (photo : Le Clos des Centeilles)